accueilPrestations du cabinet Tarifs et conditions d'intervention

Tarifs et conditions d'intervention

"La question n'est pas de savoir combien vous coûte votre défense
mais combien il vous en coûtera de ne pas vous être défendu.
"
Démosthène (384-322)


L'honoraire d'avocat

L'honoraire est la somme d'argent versée à l'avocat en rémunération de sa prestation juridique ou judiciaire. Le cabinet s'engage à déterminer avec vous un honoraire dont le montant sera prévisible et transparent. A cet effet, le cabinet propose la signature d'une convention de mission et d'honoraires dans laquelle l'étendue de la mission de l'avocat et le prix de sa prestation juridique ou judiciaire seront convenus à l'avance.

Le montant de l'honoraire d'avocat est fixé d'un commun accord avec vous, conformément aux règles de la profession d'avocat, en fonction :

  • du temps consacré à l'affaire ;
  • du travail de recherche, d'analyse et de rédaction ;
  • de la nature et la difficulté de l'affaire ;
  • de l'importance des intérêts en cause ;
  • de l'avantage ou du résultat obtenus.

Le versement d'une provision peut être demandée lors de l'ouverture du dossier.

Les différentes modes de rémunération envisageables au regard de la loi et des usages de la profession d'avocat sont :

  • l'honoraire au temps passé (a) ;
  • l'honoraire forfaitaire (b) ;
  • et l'honoraire dit « de résultat » (c).

a) En principe, les honoraires sont calculés par application d'un taux horaire au nombre d'heures consacrées à l'affaire (montant de l'honoraire = taux horaire x heures passées). Le montant du taux horaire est déterminé d'un commun accord entre le client et l'avocat en fonction des critères d'évaluation susvisés. A l'achèvement de sa mission, l'avocat adresse au client un décompte définitif mentionnant le montant total de l'honoraire dû en raison du temps passé, les émoluments et débours, le montant des provisions déjà perçues et, éventuellement, le solde restant dû.

b) Pour les affaires dans lesquelles l'avocat est à même de prévoir le temps qu'il devra y consacrer, sa prestation peut être rémunérée au forfait. Dans ce cas, les honoraires sont réglés intégralement avant la fin de la mission de l'avocat (avant l'audience des plaidoiries en matière contentieuse).

c) L'honoraire dit "de résultat" est dû seulement dans le cas où le client et l'avocat en sont convenus par écrit, notamment par la signature de l'une des conventions de mission et d'honoraires qui sont proposées par le cabinet suivant les recommandation de l'Ordre des avocats de Paris. L'article 10 de la loi du 10 juillet 1971 énonce que "toute fixation d'honoraires, qui ne le serait qu'en fonction du résultat judiciaire, est interdite. Est licite la convention qui, outre la rémunération des prestations effectuées, prévoit la fixation d'un honoraire complémentaire en fonction du résultat obtenu ou du service rendu." L'honoraire de résultat est donc un complément de rémunération qui s'ajoute à l'honoraire au temps passé ou à l'honoraire forfaitaire. Il est payable dès que le résultat est définitivement acquis. L'honoraire de résultat se calcule sur le gain, l'économie ou l'avantage procuré au client :

  • le gain est le montant total de la condamnation judiciaire prononcée par une juridiction à l'encontre de votre (vos) adversaire(s), ou le montant total des sommes que vous percevez en vertu d'une transaction ou de tous autres accords amiables ;
  • l'économie est constituée par la réduction des sommes réclamées par votre (vos) adversaires résultant soit de la condamnation judiciaire, soit d'un désistement, soit d'une transaction ou de tous autres accords amiables ;
  • l'avantage correspond à tout bénéfice qui n'est pas évaluable économiquement mais qui procure une satisfaction au client ; cet avantage doit être défini à l'avance.

Conformément à la loi n° 92-4442 du 31 décembre 1992, les honoraires sont payables comptant à réception. Toute somme non payée dans le délai de trente jours porte intérêt à un taux égal à une fois et demi le taux de l'intérêt légal en vigueur au jour de l'émission de la facture.

Les honoraires sont assujettis à la TVA dont le taux actuellement en vigueur est de 19,60 %.

Les frais

Les honoraires sont à distinguer des frais, débours et émoluments.

  • Les frais engagés par l'avocat dans l'accomplissement de sa mission (frais de déplacement, documentation, correspondance, photocopie, téléphone...) sont généralement inclus dans les honoraires dus par le client, conformément à l'article 266-1 du Code général des impôts.
  • Les débours sont des dépenses obligées que l'avocat engage au nom et pour le compte de son client en vertu de son mandat. Il s'agit pour l'essentiel des frais de procédure (timbres fiscaux, droits d'enregistrement...), droits de plaidoirie, frais de publicité légale, frais de greffe...
  • Les émoluments correspondent à la rémunération tarifiée de certains services et prestations de professionnels du droit que le cabinet devra solliciter dans certains cas (huissiers, notaires, avoués...).

Le remboursement ou l'indemnisation par votre adversaire

A l'issue d'un contentieux judiciaire, la juridiction qui statue sur votre affaire peut décider de condamner la partie adverse à rembourser vos frais et à vous indemniser pour les honoraires d'avocat payés pour les besoins de la procédure. En matière civile, cette indemnisation est prévue par l'article 700 du Code de procédure civile.

Les assurances de protection juridique

Par ailleurs, certaines compagnies d'assurance proposent une protection juridique. Il n'en demeure pas moins que la loi impose que l'assuré conserve la liberté de choisir son avocat. Par conséquent, vous êtes parfaitement fondé à imposer à votre assureur le cabinet de votre choix pour vous défendre. Les honoraires du cabinet seront alors, en tout ou partie, pris en charge par votre assureur.

L'Aide juridictionnelle

L'Aide juridictionnelle est destinée aux personnes disposant de ressources modestes.

En fonction des revenus, l'Etat prend en charge, en totalité ou en partie les frais du procès, notamment les honoraires de l'avocat, de l'expert, des huissiers de justice, des avoués à la Cour d'appel, etc.

Les plafonds d'admission applicables au 1er janvier 2010 sur les revenus 2009 sont fixé à :

  • 915 euros pour bénéficier de l'aide totale,
  • 1372 euros pour bénéficier d'une aide partielle.

Ces montants sont augmentés de 165 euros pour chacune des deux premières personnes vivant au domicile et 104 euros à partir de la troisième.

Le bureau de l'Aide juridictionnelle de Paris se trouve 1, quai de la Corse - 75001 Paris (dans les locaux du tribunal de commerce) / Téléphone : 01.44.32.51.51.